La règlementation actuelle

Le patineur est assimilé au piéton. Cela implique qu'il se confiorme aux mêmes règles que ces derniers, mais aussi qu'il dispose des mêmes droits :

 

Le patineur doit emprunter le trottoir (art R-412-4 du Code de la Route), sauf si ce dernier est inexistant ou impraticable. Il peut alors utiliser la chaussée (art 412-35) en se tenant près du bord droit en agglomération et gauche hors agglomération sauf si cela est de nature à compromettre sa sécurité (art 412-36). Notons ici que le texte ne dit pas ce qu'est un trottoir impraticable. Pavés, encombrement ? Aucune jurisprudence n'existe en la matière.

 

- Le patineur doit traverser perpendiculaire à l'axe de la chaussée (art R-412-39), utiliser les passages piétons lorsque ces derniers sont placés à moins de 50m en aval ou en amont (art R-412-37) et traverser au vert s'il y a lieu (art R-412-38).

 

Sa vitesse n'est pas limitée, à l'instar du joggeur. Toutefois, il est évident qu'un minimum de civisme implique de faire attention aux autres usagers présents sur le trottoir, en particulier les plus vulnérables, et d'adapter son allure.

 

- Les pistes et bandes cyclables lui sont interdites (art R-110-2), sauf si la voie est classée "voie verte". Dans ce cas, tous les véhicules non motorisés peuvent l'emprunter.

2001, le Livre Blanc: Le roller un mode de déplacement doux

En 2001, un premi��re série de travaux a été lancée par le ministère des sports à propos de la pratique Roller. Ils ont débouchés sur la rédaction d'un livre blanc, dont les préconisations sont malheureusement restées lettre morte.

Code de la Rue, la relance d'un projet de statut

En 2006, ce qui s'appelait encore le ministère des transports et de l'équipement a lancé une démarche de concertation nommée "Code de la Rue". Celle-ci rassemble au sein de groupes de travail l'Etat, les collectivités locales et une large partie des associations d'usagers. Son objectif est de proposer des évolutions du Code de la Route pour mieux prendre en compte les modes de transport doux et améliorer la sécurité de l'ensemble des usagers. Parmi les missions assignées à ce groupe de travail, figurait la réflexion sur un nouveau statut pour les patineurs. La fédération s'est donc impliquée dans cette démarche.
Objectif des travaux : voir entrer en vigueur une règlementation adaptée aux réalités des pratiquants et garantissant la sécurité de l'ensemble des usagers. Comme l'on fait les Belges avant nous, il s'agirait de permettre d'utiliser tantôt le trottoir, tantôt la chaussée en fonction de sa vitesse.

 


Préconisation du Code de la Rue présentées au ministère en juin 2009 :

- utilisation des trottoirs à vitesse d'un piéton: une réforme, indépendante du chantier roller, est en cours pour limiter la vitesse de l'ensemble des usagers sur les trottoirs (y compris les joggers). On parle de "vitesse adaptée" en fonction de l'encombrement. En d'autres termes, l'usager qui courre sur un trottoir bondé verra sa responsabilité engagée en cas d'accident. En théorie, il pourrait même être verbalisé. Les patineurs seront également concernés.

- utilisation de la chaussée à la vitesse d'un cycliste: pour permettre un déplacement efficace, les patineurs auraient le droit de se déplacer sur la chaussée. A minima dans les Zones 30 et de Rencontre; ce point fait encore débat.

- utilisation des bandes et pistes cyclables: les patineurs y seront autorisés. Une bonne nouvelle également pour celles et ceux qui utilisent les pistes cyclables pour se balader.

- hors agglomération: lorsqu'il n'y a ni trottoir, ni accotement ou que ces derniers sont inutilisables (cad pour la plupart des routes hors agglo), le patineur aurait le droit de circuler sur le côté droit de la chaussée.

- port de dispositifs rétroréfléchissants: A la nuit tombée, en agglomération, le patineur devrait porter des dispositifs rétroréflechissants visibles de l'avant, de l'arrière et des côtés. Cela pourrait être des brassards à chaque bras.
Hors agglomération, de nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante, les patineurs devraient porter un gilet haute visibilité. Comme les cyclistes.

- interdiction du catch: Il serait interdit pour les patineurs de s'accrocher à des véhicules à moteur.